Le prix France-Québec décerné à Christian Guay-Poliquin

25 octobre 2017

Le prix France-Québec décerné à Christian Guay-Poliquin

Le prix littéraire France-Québec a été remis à Christian Guay-Poliquin pour son roman Le poids de la neige.

Toutes nos félicitations!

Ce deuxième livre de l'auteur publié par la dynamique maison La Peuplade avait remporté plus tôt cette année le Prix littéraire des Collégiens et est finaliste pour le Prix du Gouverneur général 2017

Le roman

Dans une véranda cousue de courants d'air, en retrait d'un village sans électricité, s'organise la vie de Matthias et d'un homme accidenté qui lui a été confié juste avant l'hiver. Telle a été l'entente : le vieil homme assurera la rémission du plus jeune en échange de bois de chauffage, de vivres et, surtout, d'une place dans le convoi qui partira pour la ville au printemps.

Les centimètres de neige s'accumulent et chaque journée apporte son lot de défis. Près du poêle à bois, les deux individus tissent laborieusement leur complicité au gré des conversations et des visites de Joseph, Jonas, Jean, Jude, José et de la belle Maria. Les rumeurs du village pénètrent dans les méandres du décor, l'hiver pèse, la tension est palpable. Tiendront-ils le coup ?

Le Poids de la neige a été choisi par un jury formé de 39 comités de lecture provenant de toutes les régions de la France.

« Je suis très touché d'apprendre que lecteurs français ont choisi d'honorer Le poids de la neige, a déclaré Christian Guay-Poliquin dans un communiqué. Au fond, peut-être que l'hiver n'est pas qu'un trait de la nordicité mais bien un catalyseur de relations humaines... Je me considère chanceux de pouvoir ainsi participer à l'aventure de la littérature québécoise en dehors de ses frontières. »

Ce prix est organisé par la Fédération France-Québec / francophonie. L'auteur recevra une bourse de 5000 euros, en plus de bénéficier d'une tournée à travers la France et d'être invité au Salon du livre de Paris au printemps.

Les deux autres romans en lice étaient Bercer le loup de Rachel Leclerc et L'interrogatoire de Salim Belfakir d'Alain Beaulieu.

Source: La Presse